Les recherches en shiatsu

Le shiatsu a un intérêt croissant dans le milieu médical. C’est pourquoi, des recherches scientifiques sont en cours afin de déterminer les effets thérapeutiques de cette pratique.

Vous trouverez ici des témoignages, des liens, des articles scientifiques actualisés dans la mesure du possible. Les articles sont principalement issus du site américain de publications médicales PubMed.

photo-meridien-de-la-vessie.jpg

Le 14 mai 2005, trois chercheurs allemands de l'Institut international de biophysique ont réussi pour la première fois à photographier les méridiens d'acupuncture à l'aide d'une caméra thermographique à rayon infrarouge. Ci dessus, la photo du méridien de la Vessie. Schlebusch KP, Marie-Ohier W, Popp FA Biophotonics in the infrared spectral range reveal acupuncture meridian structure of the body,   Altern complement Med. 2005 Feb

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15750378

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1180459/

 ------------------------------------------------ 

 Etudes françaises en cours

 

Deux études françaises sont actuellement en cours.

     La première étude porte sur l’évaluation de l’efficacité du shiatsu dans la réduction de  la fatigue liée à certaines pathologies neurologiques comme la sclérose en plaques (SEP), la maladie de Parkinson ou la sclérose latérale amyotrophique (SLA) depuis le second trimestre 2012. Elle s’inscrit dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche clinique (PHRC), à l’initiative du docteur Nadine Le Forestier, neurologue à La Pitié-Salpêtrière(Paris).

     La deuxième étude s’attache à étudier l’efficacité du shiatsu dans la diminution de la douleur. Frédéric Masson, infirmier anesthésiste au sein de l’unité douleur du centre hospitalier de Dreux, indique  que « l’étude permet de mettre en évidence une amélioration des scores de bien-être, de douleur, une diminution des tensions, un soulagement, un « post-effet » durable ».

 

------------------------------------------------ 

Shiatsu et soins de support en chimiothérapie

 

Recherche en shiatsu comme soin de support en chimiothérapie 

http://www.formation-shiatsu-bordeaux.fr/media/792/article%20kiné.pdf

http://www.shiatsuverband.ch/tl_files/artack/PDF/FR/membres/relations%20publiques/shiatsu%20et%20cancer.pdf

 

 L'utilisation du shiatsu selon Brigitte DRENO, chef de l’unité cancérologie-dermatologie au CHU de Nantes  

« L'idée est d'offrir aux patients un soutien psychologique leur permettant de mieux accepter la maladie et son traitement. Les effets positifs sont une diminution de la douleur et de l'anxiété, une diminution des effets secondaires et un renforcement des défenses immunitaires. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir du mental sur l'organisme ».    source: 20 minutes .fr   http://www.20minutes.fr/nantes/1094145-bien-etre-defier-cancer

 

L'utilisation du shiatsu selon Laurence Bahuet, médecin dans le service oncologie médicale (CHU de Poitiers)

« Le but de shiatsu n'est pas de guérir le cancer mais c'est une méthode qui apporte une qualité de vie et de bien-être. Ça agit sur les symptômes et en particulier sur les nausées qui accompagnent la chimiothérapie. Le CHU s'ouvre de plus en plus à ces médecines naturelles dont les patients sont très demandeurs. Il n'y a pas d'effets secondaires comme avec les traitements habituels ... ».  Journal la nouvelle république 18 janvier 2014  http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Sante/n/Contenus/Articles/2014/01/18/Le-shiatsu-et-les-huiles-essentielles-utilises-au-CHU-1762567

 

------------------------------------------------ 

Bilan des études internationales en matière de shiatsu et d'acupression

 

Précisons tout d'abord que l'acupression concerne la pression d'un point d'acupuncture et qu'elle est l'une des techniques utilisées en shiatsu.  

 

L'une des plus grandes études menées en matière de shiatsu et d'acupression est celle réalisée par Nicola Robinson, Ava Lorenc and Xing Liao publiée dans la revue Complement Altern Med. 2011 et mis en ligne sur PubMed le 7 octobre 2011.

voici le lien: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21982157

Le but de cette recherche a été de valider la rigueur expérimentale des protocoles de recherche de l'ensemble des articles publiés depuis janvier 1990 en matière de shiatsu et d'acupression.

Le recencement de ces articles a été réalisé à partir des banque de données suivantes: EBM reviews; AMED; BNI; CINAHL; EMBASE; MEDLINE; PsycARTICLES; Science Direct; Blackwell Synergy; Ingenta Select; Wiley Interscience; Index to Theses and ZETO.

Les auteurs de cette recherche ont identifié 1714 publications et en ont finalement retenus 9 études en shiatsu et 71 en acupression. Ces 80 études ont ensuite été classifiées A(haute qualité), B (qualité moyenne)ou C(mauvaise qualité).


Les études classifiés A indiquent que l'acupression a un effet incontestable sur:

- la réduction de la douleur dans les cas de dysménorrhée, douleur lié au travail, douleur du cou et du bas du dos, douleur dentaire,

- la diminution des nausées et vomissements dans les cas d'accouchement, de post-opératoire et de traitement du cancer du sein

- l'amélioration de la qualité du sommeil

- la réduction du stress, de l'anxiété, du rythme cardiaque, de l'agitation en situation de démence

- l'amélioration des symptômes de diabetes (hyperlipidémie, hypertrophie ventriculaire, fonctionnement du rein, neuropathie)

 

Conclusions de l'article:  

Many of the conditions with the strongest evidence (pain, post-operative nausea and vomiting, and sleep) are side effects of or challenging symptoms for conventional medicine suggesting that an integrated treatment approach may be of benefit. Conventional healthcare practitioners may therefore consider acupressure, in particular: SP6 for dysmenorrhoea; PC6 for Nausea&Vomiting postoperatively, in chemotherapy and pregnancy; combinations of ST36, SP6, KI1, KI3, HT17, KI11 and GB34 for renal symptoms; a range of points for COPD; HT7 and other points for sleep in elderly residents; and perhaps GB20, GV20, HT7, PC6 and SP6 for agitation in dementia. The evidence for protocol-based treatment supports suggestions that nurses incorporate acupressure and Shiatsu into their practice, in particular for pain relief, fatigue in cancer, augmenting effects of medication, providing comfort and improving breathing [108-110]. Shiatsu could be effectively delivered in general practice but further research in clinical and cost effectiveness is warranted [111].

 While much of the research carried out with Shiatsu or acupressure as an intervention is of insufficient quality to inform practice, the high quality evidence for pain, post-operative nausea and vomiting, and sleep may be of use to Shiatsu and acupressure practitioners. These symptoms highlight the value of acupressure/Shiatsu as a complementary approach to conventional treatment. The findings relating to protocol-based acupressure may not directly inform the evidence base for more individualised and holistic treatments. However, the evidence for a specific acupoint for a specific symptom/condition can be integrated into an individualised treatment by combining with points suited for the individual. Hsieh et al provide pragmatic evidence for individualised treatment for low back pain and headache [31,32,40]. Some studies also supported the long-term effects of acupressure/Shiatsu, for example for headache [40], low back pain [31,32], and nausea and vomiting [48].

 The research base for Shiatsu is still very much in its infancy and the profession will need to work closely with practitioners and researchers in order to build up a larger body of evidence. Given the prevalence of Shiatsu used in the UK (820 registered practitioners/teachers/trainee teachers2), the need for high quality research is imperative. Shiatsu practitioners should be encouraged to engage in research using well designed and reported studies, in particular with large samples and controlled designs.

 Taiwanese researchers appear to have been most prolific in this area, as well as Korea and the USA. Given the increasing use of CAM in Europe more research based in European countries may be needed. Given the prevalence of Shiatsu used in the UK, the need for research is imperative.


http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21982157

------------------------------------------------